Actualités
          • Des systèmes photovoltaïques pour électrifier des sites ruraux en Afrique sub-Saharienne

          • Une entreprise accompagnée par le Technopôle Brest-Iroise.
          • Jean-Jacques Mateke a 36 ans, il a un master d’expert en système photovoltaïque de l’Université de Chambéry. Il est basé à Brest depuis 11 ans.

            Il a créé sa société, Sunergy Development, en 2009. L’entreprise intervient dans 6 pays d’Afrique : le Cameroun, le Gabon, le Tchad, la République de Centre Afrique, la Guinée Equatoriale et le Congo Brazzaville.

            « Seulement 5 % de la population rurale a accès à l’électricité ! Le revenu mensuel moyen est inférieur à 70 € » précise t’il. « Quand vous apportez l’électricité dans ces zones isolées, vous devenez le marabout ! Imaginez les femmes qui accouchent à la bougie, les enfants qui étudient à la lampe tempête et inhalent les vapeurs toxiques ... L’électricité c’est la résolution de problèmes de santé publique pour ces pays » assène t’il avec conviction.

            « En occident il y a des milliers d’ingénieurs comme toi. En Afrique, on a besoin de toi ! », lui dit son père, expert-comptable basé en Afrique. Aussitôt dit, aussitôt fait ! Il réalise une étude de marché qui lui permet de cerner les carences en énergie dans cette zone de l’Afrique. Sa deuxième démarche est de prendre contact avec Ubifrance, qui accompagne les entreprises françaises dans leur démarche à l'exportation et à l'implantation sur les marchés étrangers. Ils le mettent en contact avec la Mission Economique de l’Ambassade de France au Cameroun.

            « En 2009, j’ai fait 2 missions pour rencontrer les autorités nationales du Cameroun et visiter des centres hospitaliers, des écoles …. ». Il réalise une étude comparative de deux procédés de production d’électricité - le groupe électrogène et le système photovoltaïque - à la demande du Ministère de l’Environnement camerounais. L’étude parle d’elle-même : sur la base d’un village type (même population, même besoin en énergie), le système photovoltaïque est amorti en 7 années et peut tenir 13 années d’exploitation. Alors que le groupe électrogène doit être remplacé au bout de 5 ans. Mais l’investissement de départ est beaucoup plus élevé pour le photovoltaïque.

            « Il n’y a pas eu de suite donnée par le Ministère de l’Environnement camerounais … mais comme je ne suis pas homme à me laisser abattre, je me suis dit que je ne prenais pas le problème dans le bon sens ! Il me fallait aller vers les gens sur le terrain ! », déclare Jean-Jacques Mateke.

            Un ami le met en contact avec l’association Cosader qui rassemble les ONG et Associations qui œuvrent pour la sécurité alimentaire et le développement rural au Cameroun. Ils font de la prévention du sida, accompagne les femmes pour les aider à gérer leur budget, à obtenir un micro-crédit…..

            Avec cette association il va aller sur le terrain et rencontrer des villageois, voir comment ils vivent, de quoi ils vivent, comment ils sont organisés ….

            « Je fais du conseil, de l’expertise …. Jusqu’à l’installation du système photovoltaïque. J’explique aux villageois comment fonctionne le système photovoltaïque, quelles plus-values cela va apporter à leurs activités, à leur qualité de vie. Mes conseils n’ont pas toujours de lien avec mon activité ! », s’esclaffe t’il. « Dans un village je leur ai conseillé de faire de la confiture avec les papayes qu’ils ne consommaient pas et laissaient pourrir. Dans un autre, je les ai aidés à fabriquer du savon …. Mais mon objectif principal reste quand même de présenter toutes les activités qu’ils pourraient développer grâce à l’énergie » conclut-il.

            Aujourd’hui il suit des projets dans 8 villages. Le plus important de ces projets est celui du village de Nsem au Cameroun. Le projet a été monté avec l’association Electriciens sans frontières. Leur objectif est l’ « électrification d’une plateforme multi-fonctionnelle ». Cette plateforme est un grand hangar, déjà monté par les villageois, sur le toit duquel seront installés des modules photovoltaïques. Ils y installeront des activités commerciales. Le projet peut être suivi sur le site internet d’Electriciens sans frontières.

            Sur ce projet Jean-Jacques Mateke recherche activement des financements… « Nous avons besoin de plus de 100 000 €. Des demandes de financements ont été faites auprès d’EDF, du Conseil Régional, de la CGDE pour du matériel. Nous comptons également sur les dons qui peuvent être directement versés à l’association Electriciens sans frontières*.

             



            Une mallette énergétique pour les professionnels
            Un autre projet de cet homme plein de ressources est une mallette énergétique alimentée par panneaux solaires. Cette mallette s’adresse aux professionnels, en situation d’urgence, sur des zones isolées ou mobiles. L’idée lui est venue quand il a rencontré un scientifique de WWF [World Wild Life Fund]. Ces scientifiques font du suivi de faune sauvage en nomades et ont besoin d’énergie pour alimenter leur pc, caméra, appareil photo, quelques lampes.

            Avec l’aide de Jacques Jestin, directeur des pépinières d’entreprises du Technopôle Brest-Iroise, il prend contact avec Cap’Tronic ** qui lui apporte 70 % du financement du cahier des charges de la mallette. Pour le développement de la carte électronique il s’appuie sur l’Institut National de l’Energie Solaire.
            « La carte électronique serait fabriquée en France, mais je veux que l’atelier de montage soit basé en Afrique » précise-t-il.

            Et à part ça ? Et bien il donne des cours sur le gisement solaire aux 5èmes années de l’ISEN. Et il organise à leur attention des TP dans la salle de réunion de la pépinière CréaTIC, où son entreprise est hébergée, sur le Technopôle Brest-Iroise. « Pour qu’ils voient le montage de mon système photovoltaïque, comment il fonctionne, pourquoi et comment on peut l’améliorer … ».

            Mais encore ?
            Il lance un appel à dons !
            Avec 5000 €, 300 personnes peuvent bénéficier de l’électricité. De la lumière dans une salle communale, ce sont des problèmes de santé en moins pour des enfants qui n’auront plus à travailler à la lampe tempête …. Et tant d’autres possibilités auxquelles nous ne pensons même plus, nous qui avons la chance de pouvoir appuyer sur un bouton et d’obtenir l’énergie dont nous avons besoin pour nous éclairer, nous chauffer, cuisiner, faire fonctionner tout type d’appareil, médicaux entre autres ….

            « Quand je trouve un financement, je fais fonctionner l’entreprise en Afrique. Ce sont 6 personnes qui travaillent à l’installation des systèmes. 2 sont salariés à plein temps de Sunergy Development et les 4 autres sont rémunérés à l’installation », conclut-il.

            Le contacter :

            Sunergy Development
            Jean-Jacques Mateke
            Technopôle Brest-Iroise
            115 rue Claude Chappe
            Mobile : +33 (0)6 68 88 05 06
            mat.jj@sunergydevelopment.fr
            http://www. sunergydevelopment.fr

             

            *Electriciens sans frontières délivre des reçus fiscaux qui permettent aux donateurs particuliers de bénéficier d'une réduction d'impôt d'un montant égal à 66 % de la somme versée dans la limite de 20 % du revenu imposable, et aux entreprises, d'une réduction d'impôt égale à 60 % du montant du don dans la limite de 0,5 % du C.A. H.T. Un don de 25€ minimum, après réduction fiscale, celui-ci ne vous coûtera plus que 8,50€ si vous êtes un particulier et 10€ si vous êtes un professionnel.

             **Cap’Tronic est un programme mis en place et financé par le Ministère de l’Industrie pour faciliter la diffusion et le transfert des connaissances en électronique des laboratoires de recherche publics et industriels vers les petites et moyennes entreprises. Jean-Luc Fleureau est le conseiller Bretagne du programme Cap’Tronic. Il est basé à la maison du Technopôle Brest-Iroise.

          • Publié le
          • 09/12/2011
          • Des systèmes photovoltaïques pour électrifier des sites ruraux en Afrique sub-Saharienne
CONTACT
Maison du Technopôle
Technopôle Brest-Iroise
Site du Vernis 40 rue Jim Sévellec à Brest
Tel : +33 (0)2 98 05 44 51
Fax : +33 (0)2 98 05 47 67
contact@tech-brest-iroise.fr
  SERVICES
> Restauration
> Hébergement
> Location de salle
> Covoiturage
> Adhésion
  RUBRIQUES
> Accueil
> Le Technopôle Brest-Iroise
> Des réseaux pour vous  connecter
> Actualités / Agenda
> Projet & international
> Contact
  PRATIQUE
> Extranet / Workspace
> Plan du site
>
Mentions légales
 
  SOUTENU PAR
Drapeau Europelogo Iasplogo Retis
Powered by diasite
Designed by diateam