Infos
          • Investissements d'avenir

      • L'excellence de la recherche brestoise reconnue par l'Etat.

         

        Dans cette page les informations sont classées par ordre chronologique.

        20 juillet 2012 : création officielle de la SATT Ouest Valorisation et nomination de Vincent  en tant que PDG.
        Pour en savoir + cliquez ICI

         

        15 février 2012 : Labex 2ème vague, 2 laboratoires brestois dans les Labex annoncés par l'Etat.

        CAMI : Labex sur les gestes médico-chirurgicaux assistés par ordinateur
        Le laboratoire brestois impliqué : le Latim est un laboratoire Inserm (UMR 650) commun à l’Université de Bretagne occidentale et à Télécom Bretagne.

        Dans "en savoir+" voir la fiche du Labex CAMI.

         

        IGO : Labex Immunothérapies Grand Ouest
        Il s'agit d'un projet transdisciplinaire qui ambitionne d'explorer de nouvelles thérapies contre le cancer ou le rejet de greffe, par une meilleure connaissance des mécanismes de réponses immunitaires de l'organisme..  

        Le laboratoire brestois impliqué est celui d'Immunologie et de Pathologie de l'Université de Bretagne Occidentale et du Centre Hospitalier Régional Universitaire.

        Dans "en savoir+" voir la fiche du Labex IGO.

         

        30 janvier 2012 :  l’Etat a annoncé la labellisation dans le cadre du Programme des Investissements d’Avenir du projet d’Institut  de Recherche Technologique
        B-­com.

        [Pour en savoir ++]

         

        22 décembre 2011 : Société d'Accélération de Transfert de Technologie : le projet Ouest Valorisation labellisé !

        [Pour en savoir ++]

         

        6 décembre 2011 : Lancement d'Idealg (recherche sur les grandes algues marines) :
        Le lancement officiel du projet d’Investissements d’Avenir « IDEALG » a eu lieu le 6 décembre 2011 à la Station Biologique de Roscoff (CNRS /UPMC), en présence de Georges Pelletier et Annie Audic, responsables national et régional des Investissements d’Avenir.

        Le projet a pour objectifs de renforcer la compétitivité des filières d’exploitation des grandes algues marines en France et de répondre aux enjeux de société pour une production durable et de qualité de la ressource algale.

        IDEALG est doté d’un budget total de 36 M€ sur 10 ans dont 10 millions financés par les Investissements d'Avenir.

        Le projet IDEALG est l'un des quatre projets retenu lors de l’appel d’offres national Investissements d’Avenir "Biotechnologies Bioressources" 2010 axé sur la ressource végétale terrestre et marine.

        Le projet porté par le PRES « Université européenne de Bretagne », et coordonné scientifiquement par Philippe Potin, directeur de recherche CNRS, structurera les activités de Recherche et Développement dans le domaine des grandes algues marines pendant les dix prochaines années.



        Au total, IDEALG associe 18 partenaires publics et privés, dont un centre technique, le CEVA à Pleubian, et 5 entreprises basées en Bretagne*.

         

         

         

        Plus de 100 chercheurs, ingénieurs et techniciens permanents (CNRS/Universités) et plus de 50 contractuels et doctorants interviennent dans le projet.

        Le programme comporte plusieurs volets de recherche fondamentale : biologie, biochimie, génomique, physiologie, métagénomique, écologie.

        Il intègre par ailleurs trois volets de recherche appliquée à l’aquaculture, aux biotechnologies et à la chimie, qui ont comme objectifs de favoriser une production de masse, de sélectionner des variétés nouvelles, et de développer des produits et procédés innovants.

        Une évaluation des enjeux sociaux, et des impacts économiques et environnementaux (respect du milieu marin et de sa biodiversité) sera menée avant l'utilisation de ces nouvelles connaissances et technologies par les partenaires privés.

        D’autres entreprises et les organisations qui soutiennent IDEALG seront associées au projet via notamment le forum annuel.
               

        * (C‐Weed aquaculture à St Malo, Aléor à Lézardrieux, France Haliotis à Plouguerneau, Bezhin Rosko à Roscoff, Danisco à Landerneau et Copenhague) et le CEVA impliqués dans la valorisation et les développements de l’aquaculture.

        Les organismes de recherche associés dans IDEALG sont : l’UEB, la Station Biologique de Roscoff (CNRS‐UPMC), l’Ifremer, les Universités de Bretagne occidentale, de Bretagne Sud, de Rennes I et de Nantes, l’ENSC Rennes, AgroCampus Ouest et l'INRA.

         


        3 novembre 2011 : Le lancement du Labex Mer "L'océan dans le changement" a eu lieu le 3 novembre à l'IUEM.

        Le projet va renforcer les connaissances et la compréhension du fonctionnement de l'océan, en particulier pour ce qui concerne les échanges d'énergie.

        Il permettra de mieux connaître les transferts de carbone depuis les zones de production, les interactions géobiologiques en milieux extrêmes et les transferts de matière entre le continent et l'océan, depuis les zônes côtières jusqu'aux abysses.

        Enfin, les travaux concerneront l'influence des sociétés humaines sur l'océan avec un focus sur la zone côtière.

        Plus d'informations en pièce jointe sur les axes scientifiques et les attendus en terme de transfert vers la sphère socio-économique.

        Présentation

        Le Labex « l’Océan dans le changement » est coordonné scientifiquement par l’IUEM avec la participation de sept partenaires. Cette annonce majeure pour l’avenir des Sciences de la Mer est de nature à changer profondément, au profit de la science, la nature des collaborations entre les principaux acteurs des sciences marines en France. Celles-ci se trouveront renforcées et de nouvelles collaborations verront le jour autour d’axes de recherche novateurs. Le lancement du Labex est l’occasion d’arrêter un mode de fonctionnement (la gouvernance) pour cet « objet » nouveau qu'est le Labex, de décider des premières actions fortes qui seront lancées en priorité, de lancer les synergies Recherche-Innovation et Recherche-Formation. Il ne constitue pas le « contrat décennal » pour la recherche mais un projet destiné à donner plus d’élan à des points particuliers de la recherche marine (Recherche à la frontière) sans barrières institutionnelles, et une dynamique interdisciplinaire, et à accroître la visibilité et l'attractivité des Sciences Marines de l'Ouest (plus de la moitié du potentiel national) ; les étudiants de l’IUEM et de l’UBO sont étroitement associés à ces travaux. Une évaluation des travaux menés par l’IUEM dans le cadre du Labex est programmée dans trois ans et la communication est en construction sur une base multi-organismes.

        Le projet LabexMer, doté de 11 millions d’euros, est bâti sur 7 axes, construits autour de questions scientifiques ambitieuses et d’enjeux majeurs en sciences de la mer et du littoral, rassemblant chacun des équipes pluridisciplinaires et plurithématiques de plusieurs établissements et laboratoires :

                Axe 1 : La machine océan à haute résolution
                Axe 2 : Complexité et efficacité de la pompe biologique de carbone
                Axe 3 : Interactions géo-biologiques dans les environnements extrêmes
                Axe 4 : Transferts sédimentaires de la côte aux abysses
                Axe 5 : Observation, modélisation et scénarisation en zone côtière
                Axe 6 : Evolution des habitats marins et adaptation des populations : approches rétrospectives et modélisation prédictive.
                Axe 7 : Mécanique des mouvements de l’océan et interactions avec les systèmes marins.


        La gouvernance

        Les représentants des huit partenaires du Labex se sont réuni pour la première fois le 3 novembre au sein du comité directeur. Ce comité sera présidé par le directeur de l'IUEM. Pour ses décisions, le comité directeur s'appuie sur un comité scientifique, véritable instance motrice du projet, comité travaillant en interaction avec le comité des directeurs des onze laboratoires du Labex afin d’assurer la pleine intégration de la dynamique Labex au sein des laboratoires membres. Le comité scientifique comprend les responsables des sept axes scientifiques, les responsables formation, innovation et la coordinatrice scientifique. Pour assurer le fonctionnement du projet, une assistante de coordination a été recrutée par l’UBO.

        Le comité scientifique organise le 1er décembre une première "journée scientifique du LabexMer" qui permettra aux chercheurs d'échanger sur les questions scientifiques et de présenter les projets des sept axes.

        Pour remplir toutes les missions du Labex, un conseil de la formation et un conseil socio-économique seront également mis en place.

        Un conseil scientifique international assurera un suivi de la stratégie et des avancées scientifiques du projet. 
                
        En plus des travaux sur les sept axes de recherches, trois nouvelles actions seront lancées en 2012 concernant l'ensemble du LabexMer : un soutien aux campagnes à la mer, un programme de post-doc international, et des actions de formation.


        L’appel d’offre « campagne à la mer »

        La demande de soutien aux campagnes à la mer dans le cadre du projet LabexMer se fonde sur deux constats :

        • L’activité de plusieurs des axes du Labex nécessite l’acquisition de nouvelles données en mer
        • L’accès aux moyens à la mer nationaux pour acquérir ces données est très compétitif et difficile et cela d’autant plus que les moyens financiers destinés au fonctionnement de la flotte nationale sont limités voire insuffisants.

        Les fonds demandés pour le Labex n’ont pas vocation à se substituer aux moyens alloués aux opérateurs de la flotte, mais, le cas échéant, à servir de levier, auprès des opérateurs, pour la réalisation des campagnes classées prioritaires par la Commission Nationale Flotte & Engins.

        Autrement dit, l’objectif de cette ligne de crédit est de faciliter la réalisation des activités et projets scientifiques du LabexMer, relatifs à ou tributaires de l’accès à la flotte.

        La mise en place d’un appel à projets interne, dont les réponses seront évaluées par le comité scientifique du Labex, est d’ores et déjà programmée. La première édition est proposée pour 2012 (parution : fin novembre 2011 ; date de retour des demandes : fin janvier 2012).


        Le programme de post-doctorat international de haut niveau

        Il s’agit d’attirer chaque année quatre jeunes chercheurs talentueux (thèse+ 3 ans maximum) ayant déjà fait la preuve qu’ils sont capables de conduire leur recherche de manière indépendante. Dans un but d’encourager la mobilité internationale seront recrutés des jeunes ayant fait leur thèse à l’étranger, ou ayant eu une première expérience de recherche à
        l’international pendant ou après leur thèse. Les candidats devront soumettre leur propre projet de recherches, dans le cadre des axes de recherche du Labex, et proposer de collaborer avec un ou des chercheurs du Labex. Les lauréats recevront une bourse de 2 ans et une somme forfaitaire pour couvrir les frais de déplacement et/ou quelques missions. Ils seront sélectionnés sur la base de l’excellence de leur dossier (pas de pré-fléchage sur certains axes ou sur des sujets précis).

        Pour l’édition 2012, l’ouverture est prévue au printemps pour un recrutement entre juin et l’automne 2012.

        Le projet de formation

        Toutes les actions de formation s’inscrivent dans les thématiques scientifiques du Labex. Elles doivent permettre la mise en place d’« un centre de formation d’excellence dans le domaine des sciences marines », reconnu au niveau international, à l’égal des autres grands centres mondiaux en océanographie. Les actions de formation ont donc pour objectif prioritaire de
        former les jeunes chercheurs à une ouverture internationale et de contribuer à la visibilité internationale du Labex. Sont prévues :
                - des actions spécifiques pour les jeunes chercheurs qui ont pour principal objectif de favoriser la mobilité des étudiants (master et thèse), qu’il s’agisse de la mobilité entrante ou de la mobilité sortante.
                - des séminaires, cours de haut niveau, workshops internationaux.

        Il est proposé que les actions de formation soient déterminées par le biais d’appels d’offres annuels. Les premiers appels d’offre seront lancés d’ici la fin 2011.

         

        Le moteur de la recherche pour trouver les partenaires publics et privés de vos projets de recherche

         

         

         

         

        Au 28 juillet 2011 : Brest conforte sa place de leader national en sciences et techniques marines.

        Les projets sélectionnés confirment l’excellence de larecherche et de ses applications économiques.

        « Océan dans le changement » est le Laboratoire d’Excellence dont Brest est le chef de file (UBO/IUEM, Ifremer, Ird, Insu).

        Les Equipements d’Excellence de l’Institut Paul Emile Victor et de l’Ifremer ont été retenus : IAOOS, sur l’évolution de la banquise et NAOS pour développer une nouvelle génération de flotteurs Argo.

        Le domaine émergent des biotechnologies bleues a été reconnu : une infrastructure nationale biologie-santé EMBRC, portée par la Station Biologique de Roscoff, le projet biotechnologies et bioressources Idealg.

        L’Ifremer se voit confirmé son Institut Carnot - Edrome.

        Enfin, en matière d’instituts d’excellences en énergies décarbonnées (IEED), l’Ifremer coordonnera France Energies Marines depuis Brest pour contribuer à l’émergence d’une filière industrielle de rang mondial en énergies marines renouvelables.

         

        Brest, partie prenante de l’excellence bretonne dans le domaine des sciences et technologies de l’information et de la communication


        Brest est une des composantes majeures avec Rennes et Lannion du Laboratoire d’Excellence COMIN Labs. Il a pour
        objectif de développer l’internet du futur. Télécom Bretagne a été confirmée dans son institut Carnot sur la société
        numérique. Enfin, le projet d'institut de recherche technologique B-com, s’appuie sur de nombreux chercheurs et entreprises brestois.

         


        Petites précisions sur : (repris du Journal du CNRS n°256, de mai 2011)

        On peut réunir les investissements d'avenir en 3 groupes. Les projets qui contribuent directement à la nouvelle organisation du paysage de la recherche (Idex, Labex, Equipex), ceux dédiés à la santé et aux biotechnologies (IHU, Cohortes, ...) et ceux plus orients vers la recherche partenariale et la valorisation (IRT, IEED, ...)

        Ce sont des projets, pas de nouvelles structures, financés sur 10 ans

        Un Labex [Laboratoire d'excellence] sert à renforcer la visibilité internationale des meilleures équipes françaises. Il s'agit de fournir à des laboratoires de recherche ou à des groupements de laboratoires des moyens supplémentaires pour qu'ils puissent rivaliser avec leurs homologues étrangers, attirer des scientifiques de renommée internationale et marier leur recherche avec une formation de haut niveau et une valorisation efficace. Les Labex ne remplacent pas les laboratoires existants.

        Equipex [Equipement d'excellence], sont des équipements de taille intermédiaire, dont le coût d'acquisition varie entre 1 et 20 millions d'euros. Nouveaux outils d'analyse ou de détection, réseaux informatiques, plateformes techniques, bases de données ... l'objectif est de dynamiser la recherche et d'accélérer les découvertes.

CONTACT
Maison du Technopôle
Technopôle Brest-Iroise
Site du Vernis 40 rue Jim Sévellec à Brest
Tel : +33 (0)2 98 05 44 51
Fax : +33 (0)2 98 05 47 67
contact@tech-brest-iroise.fr
  SERVICES
> Restauration
> Hébergement
> Location de salle
> Covoiturage
> Adhésion
  RUBRIQUES
> Accueil
> Le Technopôle Brest-Iroise
> Des réseaux pour vous  connecter
> Actualités / Agenda
> Projet & international
> Contact
  PRATIQUE
> Extranet / Workspace
> Plan du site
>
Mentions légales
 
  SOUTENU PAR
Drapeau Europelogo Iasplogo Retis
Powered by diasite
Designed by diateam