Newsletter  s’inscrire/se désinscrire  |  Contact  |  Extranet/Workspace  |    Twitter
ok
francais chinois anglais
 
Logo Technopôle Brest - Iroise
Bloc-notes
          • DSCN0535.JPG
          • Suivez le voilier polaire «Vagabond»

          • Depuis l'année 2000, pour mieux comprendre l'Arctique et l'avenir de notre planète, Eric BROSSIER et France PINCZON DU SEL contribuent à l'acquisition de données scientifiques. Ils ont fait de Vagabond un support logistique intermédiaire, entre bateau pneumatique et brise-glace.
            Pour cette nouvelle campagne leur objectif est de développer leurs partenariats scientifiques.

      • Pour suivre l'actualité du Vagabond, visitez son blog.

        Le Vagabond recherche des partenaires !

        Le voilier polaire «Vagabond» est un support logistique depuis 10 ans de nombreuses expéditions scientifiques en Arctique. Le voilier a mis le cap, le 13 mai, sur l'extrême Nord du Groenland. L’IPEV [Institut Paul Emile Victor, basé à Brest] lui a confié la mission d’étudier les morses et leur système de communication acoustique.

        Le Technopôle Brest-Iroise soutient le Vagabond


        Les dernières nouvelles du Vagabond

         

        15 février 2012 - Fin de la nuit polaire

        Chers partenaires,

        Notre nuit de 4 mois s'achève. Bientôt c'est sûr, les ciels étoilés témoins de toutes nos activités dehors vont nous manquer... Mais pour l'instant nous savourons les nuances de roses qui soulignent l'horizon, préparant le retour du soleil. Notre champ de vison s'élargit. La première vraie tempête de neige est arrivée juste à temps afin de remodeler notre environnement pour le grand jour. Les éoliennes se sont dégourdies, demain ce sera le tour des panneaux solaires. Nous redécouvrons même nos 4 chiens, qui sont arrivés pendant la nuit polaire ! Qu'ils sont beaux. Cependant, c'est de phoque qu'il faut les nourrir et dans notre filet, toujours rien. Heureusement que certains Inuits du village voisin, plus experts et plus chanceux, nous en vendent ou nous en offrent. Ainsi les chiens nous donnent du travail : chaque soir, dans la nuit, il faut entre une et deux heures à France pour relever le filet plongé sous la banquise, à 400m du bateau : recasser la glace des trois trous, vérifier le filet et le réinstaller. En échange, nos 4 compagnons procurent leur vigilance. Nous l'avons éprouvée dernièrement avec deux passages d'ours, l'un invisible à nos yeux (il neigeait et faisait nuit noire), l'autre se découpant à 200m dans les lueurs de l'aube (à midi). Ils offrent aussi leur endurance. Ce sont eux qui assurent maintenant les portages de glace entre l'iceberg le plus proche (source d'eau douce) et Vagabond; eux qui tractent la pulka scientifique d'Eric, facilitant ses manips et assurant un surplus de sécurité; eux encore qui, pour le plaisir de nous 8 (chiens et humains !), emmènent toute la famille sur le qamutik (traîneau).

        Depuis peu une motoneige est venue en renfort, elle permet à Eric d'étendre considérablement ses zones de mesures (épaisseur de la banquise avec un glaciomètre électromagnétique et relevés hydrographiques avec une bathysonde). Mais cette autonomie grandissante n'est pas sans concession. Fini la paix de la marche  accompagnée d'un chien. Les onglées sont plus fréquentes et le froid plus perçant avec la vitesse (par -35°C, à une vitesse de 30km/h, la température ressentie est de -62°C!). Quand aux odeurs d'échappement, elles nous rappellent sans équivoque la pollution et la consommation en essence de l'engin. C'est le prix d'une certaine sécurité en cas d'urgence, mais bien entendu, cette Bravo (c'est le nom de la motoneige !) est aussi un moyen de se rendre au village, une ou deux fois par mois, pour ravitaillement et courrier, vraies douches et lessives, Internet, école, et pardessus tout, passer un peu de temps avec nos nouveaux amis. Qui nous rendent visitent à bord de Vagabond de temps en temps. Il faut compter deux heures pour rejoindre le village. Notre premier trajet s'est fait par -40°C le 24 décembre dernier, pour des fêtes de Noël mémorables. Magie de se joindre à cette communauté de 140 personnes, se réunissant chaque nuit pendant 10 jours pour des jeux dans le gymnase. Cela resserre les liens, nous pouvons en témoigner.


        A leur contact, notre équipement s'est transformé. Avec les parkas offertes, larges et munies de fourrures, nous  pprenons à vivre encore plus confortablement dans ce  froid. Les moufles en peau de phoque cousues pour toute la famille sont étanches, douces et rapides à enfiler. Le confort du poil qui coupe le vent, des matériaux naturels non bruyants et assez rustiques sont parfaitement adaptés à nos activités dans ce climat. A Grise Fiord, une famille nous a adoptés et nous héberge à chaque passage. A partager leur quotidien, nous comprenons que même s'ils vivent comme la plupart des nord-américains, la culture traditionnelle inuite reste très ancrée en eux.

        La chasse (menée avec sagesse), le travail des peaux, l'amour de la nature. Il fait encore trop froid pour que les familles entières se déplacent sur la banquise. Mais d'ici un peu moins de deux mois, les températures se radouciront et les enfants vivront plus dehors, les organismes avides de soleil feront leur plein d'énergie. Tandis que la station météo de Vagabond enregistre ses heures les plus froides, son équipage continue avec bonheur d'observer et de vivre cette banquise et ses discrets habitants, en couleur dorénavant !
         

        A bientôt,
        France Pinczon du Sel et Eric Brossier

         


        16 novembre 2011

        Nuit polaire

        Par France Pinczon du Sel, depuis le fjord du Cap Sud, île Ellesmere, Nunavut, Canada, le 11.11.11.

        Il s'appelle Vagabond mais l'hiver venu, son nom est révolu. Vagabond souffle enfin, immobile, transformé en refuge. Il abrite sans faillir ses quatre habitants, Eric et moi, avec nos deux filles Léonie et Aurore, cinq ans et deux ans. Scientifiques et visiteurs viendront ponctuellement, après la nuit polaire, qui ne fait que commencer : le soleil s'est couché pour près de quatre mois !

        Les panneaux solaires qui ont été dressés face au sud sont désormais inutiles. Les éoliennes voudraient bien travailler plus mais jusqu'à présent, peu de vent. Les réservoirs et circuits d'eau sont purgés, remplacés par 3 bidons remplis de glace qui fond doucement autour de la barre à roue... Et le poêle, précieux coeur de notre survie, carbure nuit et jour : il officie comme plaque de cuisson, fournil, et surtout chauffage irradiant dans le
        carré un confortable 19°C. Le chauffage central, lui, fonctionne chaque matin et chaque soir un peu plus d'une heure. La belle lampe à pétrole trône à nouveau au dessus de la table, et ainsi, avec leds ou bougies, multiplie les ambiances lumineuses !
        Dehors, les indispensables caisses de sécurité en cas d'incident ou d'incendie sont à poste.


        Autour de nous, la banquise offre le cadre de vie insolite que nous avons choisi pour travailler. Vagabond est ancré à l'entrée d'un fjord du Nunavut, la province Inuit tout au nord du Canada. Là, nous faisons des observations météo, des mesures de glaces et des relevés hydrographiques, tous les jours, jusqu'en juillet prochain. De telles séries de données sont inédites ici, l'enthousiasme des chercheurs canadiens pour qui nous travaillons est très encourageant ! Les protocoles s'affinent; le matériel est mis au point progressivement et trouve sa place dans la pulka, ou sur le traîneau, parfois trop lourd à tirer pour Eric tout seul, les chiens n'étant pas encore arrivés !

        Cela fait 12 ans que Eric et moi naviguons ou hivernons dans l'Arctique avec Vagabond, au service de la science. Cela ressemble à une vocation ?
        Léonie est presque née à bord, sur la banquise du Spitsberg, et cette année sera la première que nous passons avec nos deux filles dans un congélateur géant ! Mais notre fascination est contagieuse : vivre sur la glace, dans la neige, découvrir la vie qui s'y niche, de l'ours au lemming, la beauté de la lune rousse sur la neige, la clarté des étoiles dans la nuit polaire, la glace d'iceberg qui fond dans nos bidons d'eau... Même s'il fait froid, chacun s'adapte avec bonheur et trouve refuge dans notre cocon chaleureux aux flancs rouges solides.

        Pourtant, ce début d'hivernage est bien différent de ce que nous avons connu pendant cinq hivers au Spitsberg. En cette saison, la banquise était encore très mince et les températures avoisinaient les -15°C...
        Ici l'embâcle fût très rapide, la banquise fait déjà plus de 40cm d'épaisseur et le mercure s'approche régulièrement des -40°C ! Par contre, les tempêtes de neige étaient fréquentes au Spitsberg, alors que le sud de l'île d'Ellesmere est un grand désert, somptueux, aride, figé.
        Peu de neige, peu de vent, ciel presque toujours dégagé mais peu d'aurores boréales. La faune est riche mais discrète. Sans doute la proximité du village de Grise Fiord, une communauté de chasseurs inuit.
        Heureusement les traces nombreuses trahissent des présences alentours : ours, phoques, renard, lièvres, lemmings, grands corbeaux...

        N'hésitez pas à nous écrire. Par email, ou par la poste si vous désirez nous envoyer un pavillon ou une banderole, pour une photo insolite de votre logo sur la banquise (dès que le soleil sera revenu), ou des chocolats, pour Noël !

        Remerciements chaleureux et polaires à chacun de nos partenaires, A bientôt,

        France Pinczon du Sel et Eric Brossier
        S/Y Vagabond
        General Delivery
        Grise Fiord
        Nunavut
        X0A 0J0
        Canada

         

        Septembre 2011

        Du Groenland au Nunavut, où Vagabond s'installe pour l'hiver

        [A lire et à regarder - cliquez ici]

         

        Mai 2011

        Des brestois qui soutiennent le Vagabond : le Technopôle Brest-Iroise, lIPEV et Océanopolis  étant des partenaires historiques du Vagabond.

         L’IPEV est une agence de moyens et de compétences au service des laboratoires nationaux rattachés à des structures dont la vocation est la recherche scientifique : Universités, CNRS, CEA, INRA...

        Il souhaite développer la présence scientifique française au pôle Nord car les régions polaires sont des témoins privilégiés des évolutions environnementales et climatiques à l’échelle de la planète.

        Océanopolis, parc de découverte des océans, bénéficie des connaissances et matériaux que lui rapporte Eric Brossier et France PINCZON DU SEL pour enrichir le patrimoine de son pavillon polaire.

        Pour cette nouvelle campagne du Vagabond, le Technopôle Brest-Iroise a décidé d'apporter son soutien à Eric Brossier. Le partenariat relève de notre mission de promotion des atouts et de l’excellence des sciences et technologies de la mer de notre territoire et des objectifs des acteurs scientifiques du territoire brestois : renforcer la connaissance et le fonctionnement de l’océan.

         

        Promotion des atouts et de l’excellence des sciences et technologies de la mer

        Dans le domaine scientifique Brest occupe un rang de tout premier plan parmi les grandes métropoles maritimes internationales. Une étude* a été réalisée sur douze mois (2009-2010) par l’Adeupa, avec la caution scientifique des organismes de recherche basés à Brest (UBO, IUEM, Ifremer, Shom …..).

        L’ « excellence » de la recherche brestoise a été confirmée par l’Etat dans le cadre du Grand Emprunt : les projets sélectionnés confirment l’excellence de la recherche et de ses applications économiques.
        « Océan dans le changement » est le Laboratoire d’Excellence dont Brest est le chef de file (UBO/IUEM,
        Ifremer, Ird, Insu). Les Equipements d’Excellence de l’Institut Paul Emile Victor et de l’Ifremer ont été retenus : IAOOS, sur l’évolution de la banquise et NAOS pour développer une nouvelle génération de flotteurs Argo.
        Le domaine émergent des biotechnologies bleues a été reconnu : une infrastructure nationale biologie-santé
        EMBRC, portée par la Station Biologique de Roscoff, le projet biotechnologies et bioressources Idealg.
        L’Ifremer se voit confirmé son Institut Carnot - Edrome. Enfin, en matière d’instituts d’excellences en énergies décarbonnées (IEED), l’Ifremer coordonnera France Energies Marines depuis Brest pour contribuer à l’émergence d’une filière industrielle de rang mondial en énergies marines renouvelables.




        Le Classement de Brest

        Brest dans le peloton de tête international

        Les résultats de l’étude de l’Adeupa confirment le rang de tout premier plan occupé par Brest, non seulement à l’échelon européen mais aussi dans le monde :

        - Effectifs de chercheurs : Brest est 4ème derrière Qingdao et Shangaï (Chine), Hobart (Australie) et 1ère en Europe.

        - Equipements scientifiques : Brest est 1ère ex-æquo avec Tokyo (Japon), formant les deux seuls territoires au monde à disposer de l’ensemble des équipements scientifiques répertoriés, à savoir supercalculateur, bassins d’essais, navires océanographiques, sites d’observation, programmes de mesures in situ et centres de bases de données.

        - Rayonnement : Brest est 1ère, en France et à égalité avec Bremen en Europe, selon le nombre de projets du Programme Cadre de Recherche et Développement européen (PCRD) n° 6 pour la période 2003-2007.

        - Production scientifique : Brest est 6ème à l’échelon mondial derrière Tokyo (Japon), Hobart (Australie), Woods Hole (USA), Paris et Bremen (Allemagne), 3ème en Europe et 2ème en France.
        (Voir tableaux complets dans la synthèse).

         

        Photo : vendredi 13 mai à 13h, port de plaisance du Moulin Blanc, départ du Vagabond, salué par les les élèves de l’École des mousses. Un petit nombre d’entre eux embarquera fin mai à bord du voilier-polaire pour participer à une partie de la mission. Les mousses restés à quai seront en lien avec le Vagabond  durant toute sa mission.

        Merci à Jean-Paul Humblot, IPEV, pour cette photo !
         

CONTACT
Maison du Technopôle
Technopôle Brest-Iroise
Site du Vernis 40 rue Jim Sévellec à Brest 
Tel : +33 (0)2 98 05 44 51
Fax : +33 (0)2 98 05 47 67
contact@tech-brest-iroise.fr
  SERVICES
> Adhésion
>Accompagnement
> Annuaire
> Compétences sur le territoire
> Covoiturage
  >Médiathèque
> Crèche
> Location de salle
>Restauration
>Hébergement
  RUBRIQUES
> Accueil
> Le Technopôle Brest-Iroise
> Des réseaux pour vous  connecter
> Actualités / Agenda
> Projet & international
> Contact
  PRATIQUE
> Extranet / Workspace
> Plan du site 
> Mentions légales
  SOUTENU PAR
Drapeau Europelogo Iasplogo Retis
Powered by diasite