Actualités du technopôle Brest-Iroise
      • Adhérents
      • Lutte préventive contre le frelon asiatique, Jabeprode présente son Bac de Capture Préventif & Autonome

      • Vendredi 28 février Jabeprode présentait le premier piège pour la lutte sélective et préventive contre les frelons asiatiques, conçu et fabriqué en Bretagne, à RÉDÉNÉ, sur le site de production, l’entreprise Vigotplast.

        Un communiqué de presse de Jabeprode.

        Jabeprode est une jeune pousse du Technopôle, créée en 2019.
      •  

        Le Bac de Capture Préventif & Autonome (BCPA) a été initié en 2016 par Denis Jaffré, apiculteur professionnel.

        Le BCPA apporte une solution majeure dans la lutte préventive contre le frelon asiatique car il est en capacité de détruire toutes les reines de son environnement sur de très grandes distances, évitant ainsi l’apparition des nids. Ce prédateur généraliste et en particulier des pollinisateurs est aussi souvent à l’origine d’accidents lors d’opérations de jardinage.

        Face à cette véritable menace pour notre biodiversité et la santé publique, chacun peut contribuer à la préservation de l’intégrité des écosystèmes naturels et anthropisés.


        Jabeprode (Jaffre’s bee protection device) apporte un regard nouveau sur la lutte contre le nuisible et une réponse forte à une problématique jusqu’ici insoluble. C'est un dispositif breveté à deux reprises, Grand prix, médaille d’or du Concours Lépine 2018 et prix de la Revue du Mérite Agricole. Jabeprode est conçu et fabriqué entièrement en Bretagne, en collaboration avec les sociétés Vigot Plast et AMI.

         

        Vespa velutina nigrithorax est le nom scientifique d’un frelon asiatique introduit accidentellement en 2004 en France, en Lot et Garonne par le biais de marchandises du commerce mondialisé venues de la région de ShangaÏ en Chine.

        Depuis, un peu comme un virus non contenu, l’espèce s’est répandue sur les territoires d’Europe (10 pays impactés à différents stades, en ce début d’année 2020) sans que rien, ni personne ne semble pouvoir arrêter son inexorable expansion au point que des scientifiques spécialisés estiment qu’il ne peut plus être éradiqué et qu’il doit être considéré comme une nouvelle espèce européenne avec laquelle il faudra dorénavant  ″composer ″. Difficile d’entendre cela lorsque l’on est apiculteur et que l’on perd chaque année de nombreuses ruches. Il est vrai que l’Espèce Exotique Envahissante a trouvé sur ces nouveaux territoires un environnement particulièrement favorable, tant en termes de conditions climatiques, de biodiversité alimentaire et d’absence de prédateurs naturels. Sa régulation est devenue un vrai « casse tête ″chinois″ d’un nouveau genre » tant ses capacités de reproduction sont grandes et ses facultés de chasseur généraliste particulièrement efficaces sur des proies non préparées à de telles agressions.


        À ce jour, aucun piège ne semble avoir une quelconque efficacité ou plutôt une efficacité inversée car bon nombre d’entre-eux détruisent plus d’insectes utiles que de frelons asiatiques (FA), d’où des recommandations de non piégeage au printemps préconisées par le milieu scientifique. Nombreuses aussi sont les collectivités (compétences en matière de régulation des ″nuisibles″), accompagnées en convention par les Fédérations Départementales des Groupements De Défense contre les Organismes Nuisibles (FDGDON), qui se sont lancées dans le financement de la destruction des nids sans pour autant voir la courbe de la prolifération infléchir d’une année sur l’autre. Cette lutte curative inefficace et impactant l’environnement, à ce jour non évaluée, coûte 45 millions d’€ chaque année en France (INRA 2017).


        Tout ceci aurait très bien pu durer encore longtemps si, en fin de saison 2016, je ne perdais pas moins de 35 de mes colonies d’abeilles mellifères (ruches) sur la petite centaine que je conduisais. Cet évènement traumatisant pour l’activité de passionné que je suis, déclencha chez moi comme une nécessité vitale de défendre mes petites abeilles, qui, avec d’autres pollinisateurs, sont les artisans de la diversité de l’alimentation des humains et de tellement d’autres espèces animales et par voie de conséquence végétales.


        Sachant l’arrivée inéluctable du frelons asiatiques, j’effectuais des expérimentations de terrain dès son arrivée en 2012 sur les premiers représentants du frelons asiatiques présents sur mon secteur. Suite au désastre de fin 2016 sur mes colonies, la vitesse supérieure fut passée pour comprendre le fonctionnement de l’EEE et en quatre mois, le premier prototype, réalisé dans une banale caisse de vin en bois et un peu de métal déployé, voit le jour. Le premier Bac de Capture Préventif & Autonome (BCPA) est né.


        Pour trouver une certaine légitimité, je déposais un premier brevet d’invention en février 2018. Celui-ci me permettait de présenter cette innovation au Concours Lépine cette même année qui attribuait au dispositif une des plus hautes distinctions de l’institution, le Grand Prix de l’année avec médaille d’or et le prix de la Revue du Mérite Agricole. Fort de ces encouragements et une aide technique du Lycée Marcelin Berthelot de Questembert, je faisais le choix de me lancer dans l’aventure de l’entreprenariat début mars 2019.

         

        Un second brevet d’invention et un financement participatif plus tard, avec un soutien indispensable du Technopôle Brest-Iroise, nous produisions les moules de plasturgie chez AMI de Caudan en Morbihan. Ceci nous permettait de mettre en production les éléments essentiels du piège, les Modules d’Accès Sélectifs (MAS), calibrés au 1/100ème de mm, dès juillet 2019, chez Vigot Plast à Rédéné.


        Depuis, l’intérêt pour le dispositif ne faiblit pas et nous avons produit 12 000 paires de MAS dont presque 10 000 ont été distribuées partout en France mais aussi en Grande Bretagne et en Belgique.


        Notre petite entreprise familiale est fière d’avoir créé un premier emploi en novembre 2019, soit seulement 5 mois après les premières fabrications.


        Toujours par souci d’éviter les destructions aux insecticides chimiques, Jabeprode a aussi développé des méthodes de destruction écologique des nids dangereux bas et va s’engager auprès de la FDGDON 29 afin d’être référencée auprès des collectivités qui auraient des préférences pour ce type d’intervention respectueuse de l’environnement.


        Prochaines échéances pour Jabeprode, les extensions du brevet d’invention sur les pays choisis et le nouveau concours Lépine 2020 pour des améliorations sensibles des MAS réalisés en kit et une sélectivité sensiblement améloirée.


        Le BCPA apporte une solution majeure dans la lutte préventive contre le frelon asiatique car il est en capacité de détruire sélectivement (à 99%) toutes les reines de FA de son environnement sur de très grandes distances, évitant ainsi l’apparition des nids. Le FA, prédateur généraliste et en particulier des pollinisateurs est aussi souvent à l’origine d’accidents lors d’opérations de jardinage.


        Face à cette véritable menace pour notre biodiversité et la santé publique, chacun peut contribuer à la préservation de l’intégrité des écosystèmes naturels et anthropisés pour un coût dérisoire sur la durée.

         

        Jabeprode, acronyme de ″Jaffre’s Bee Protection Device″ apporte un regard nouveau sur la lutte contre le nuisible et une réponse forte à une problématique jusqu’ici insoluble.
        Nous attendons les retours d’expérience 2020 des communes qui mettront en place le maillage de leur territoire pour nous permettre d’évaluer la distance d’efficacité du BCPA.
         

      • Publié le 10/03/2020

La newsletter
du Technopôle Brest-Iroise

Restez informés !

Pour recevoir toutes nos informations,
incrivez-vous !

Suivez l'actualité
du Technopôle Brest Iroise sur

CONTACT
Equipe d'animation du Technopôle Brest-Iroise
Bât. Cap Océan
525 avenue Alexis de Rochon
29280 Plouzané
Tel. +33 (0)2 98 05 44 51
Fax : +33 (0)2 98 05 47 67
contact@tech-brest-iroise.fr
Powered by diasite - Designed by diateam