Actualités du technopôle Brest-Iroise
      • Adhérents
      • COVID-19 - L'Ifremer uni et solidaire

      • Un communiqué de presse d'Ifremer

        Confinement oblige, l’Ifremer réinvente son organisation et son fonctionnement pour garantir la santé de ses équipes, préserver ses infrastructures et la dynamique de ses recherches, et maintenir une activité de surveillance des milieux marins. Solidaire du monde médical, il apporte son soutien matériel aux hôpitaux et son soutien moral aux français confinés en les invitant à bord de son programme de navigation virtuelle « spécial confinement ». L’Ifremer propose également des premiers éléments de réponse aux questions que les citoyens peuvent se poser sur les conséquences du nouveau coronavirus (2019-nCoV) sur le milieu marin.
      • COVID-19 - L'Ifremer uni et solidaire
      • « Voilà maintenant plus de 15 jours que nous vivons une crise sanitaire sans précédent. Depuis le 16 mars, l’Ifremer a pris toutes les mesures pour protéger ses personnels, dans l’hexagone comme outremer, garantir la continuité de ses fonctions vitales et préserver la possibilité de poursuivre ses recherches, assure François Houllier, Président-Directeur général de l’Ifremer. Les navires de la Flotte océanographique françaises sont à quai ; seul l’Atalante est encore sur le chemin de retour depuis le Pacifique. Nous avons organisé la solidarité avec la communauté médicale par des dons de masques, de gants, de réactifs et par le partage d’équipements analytiques pour la détection du virus. Dans cette période inédite, les équipes de l’Ifremer donnent aussi de leur temps pour vous raconter des histoires de sciences et de passion, sélectionner le meilleur de leur trésor d’images et vous emmener dans leurs aventures scientifiques sur tous les océans du monde. »

        La très grande majorité des personnels poursuivent leurs activités en travaillant à distance

        Confinées, les équipes de l’Ifremer restent concentrées sur leurs objectifs de recherche, d’expertise et d’innovation. La matière grise de l’institut phosphore désormais essentiellement grâce au télétravail, qui concerne la très grande majorité de ses 1491 salariés.

        La surveillance sanitaire du milieu marin se poursuit

        Seules 142 personnes conservent un accès physique aux implantations de l’Ifremer en métropole et dans les outremers. Identifiées dans le cadre d’un plan de continuité d’activités, elles assurent des missions vitales pour le fonctionnement de l’institut, pour la sauvegarde des projets de recherche engagés et pour la surveillance sanitaire des milieux marins. Leur travail s’inscrit dans la stricte observance des gestes barrière et des mesures de distanciation sociale. En savoir plus

        Les navires de la Flotte Océanographique Française sont à quai

        Présente sur tous les océans du monde, la Flotte Océanographique Française a appelé ses navires à regagner leurs ports d’attache. Toutes les campagnes scientifiques en cours ont été arrêtées et toutes les missions prévues en 2020 sont annulées jusqu’à nouvel ordre. En savoir plus

        Des soutiens à nos soignants

        Tout comme dans le monde médical, les laboratoires de recherche de l’Ifremer observent des procédures strictes pour garantir un environnement stérile autour de leurs expériences. Masques, gants, sur-chaussures font donc partie de la panoplie habituelle du chercheur mais manquent aujourd’hui cruellement à l’appel dans les hôpitaux. Parce que ces derniers en ont aujourd’hui un besoin vital, l’Ifremer a fait don de ce matériel aux équipes soignantes de notre pays. En savoir plus

        Faire s’évader les esprits confinés

        En cette période où les citoyens se sentent parfois à l’étroit dans leurs appartements, l’Ifremer, ambassadeur d’une science ouverte sur la société, les invite à suivre son programme de navigation spécial « confinement » qui fait escale entre plongées lors des campagnes océanographiques, paroles de chercheurs ou spectacles qui racontent poétiquement la science… Découvrez notre croisière virtuelle « spécial confinement ».

         

        COVID-19 : tracer la diffusion du coronavirus (2019-nCoV) dans l’environnement

        Dans le contexte de pandémie actuelle, la recherche en virologie s’accélère. Initialement prévu pour débuter en juin, mais déjà initié, le projet européen VEO « Observatoire polyvalent des maladies infectieuses émergentes » est coordonné par le département de virologie du Centre hospitalier universitaire Erasmus à Rotterdam : « il vise à trouver des critères et des outils pour prévenir l’émergence de nouveaux virus capables d’affecter la santé humaine », explique Soizick Le Guyader, la responsable du laboratoire Santé environnement et microbiologie de l’Ifremer. « Ce projet implique 19 équipes de 12 pays dont 2 équipes françaises (Institut Pasteur et Ifremer), et à l’Ifremer, nous démarrerons dès que possible un travail d’analyse des séquences virales du coronavirus présentes dans les eaux usées. Notre objectif est de développer une méthode d’analyse efficace, standardisée et transposable dans tous les pays afin d’être en mesure de prévoir sa diffusion dans l’environnement ».Le coronavirus est-il résistant aux traitements classiques des eaux usées dans les stations d’épuration ? Peut-on le retrouver dans l’eau du robinet ? Dans l’eau de mer ? Dans nos coquillages ? « Nous manquons de données sur la propagation du coronavirus dans le milieu marin, étant donnée son apparition récente. Des premières publications chinoises montrent néanmoins que le virus est peu excrété dans les selles (10 à 100 fois moins que le norovirus responsable de la gastro-entérite) et qu’il persisterait deux fois moins longtemps dans l’eau. De plus, sa nature de virus « enveloppé » le rend plus fragile. Le risque qu’il se propage via les eaux usées est donc réduit mais il peut exister ». En savoir plus sur le projet VEO

         

        Les scientifiques de l’Ifremer se posent des questions sur les impacts du coronavirus 2019-nCoV sur la biodiversité marine. Voir leurs premières réponses.

         

         

      • Publié le 07/04/2020

La newsletter
du Technopôle Brest-Iroise

Restez informés !

Pour recevoir toutes nos informations,
incrivez-vous !

Suivez l'actualité
du Technopôle Brest Iroise sur

CONTACT
Equipe d'animation du Technopôle Brest-Iroise
Bât. Cap Océan
525 avenue Alexis de Rochon
29280 Plouzané
Tel. +33 (0)2 98 05 44 51
Fax : +33 (0)2 98 05 47 67
contact@tech-brest-iroise.fr
Powered by diasite - Designed by diateam