Actualités du technopôle Brest-Iroise
      • Technopôle
      • Retour sur la 1ère saison du programme d’accélération Jump’in Business

      • Jump’in Business, le dernier programme du Technopôle. Un programme d’accélération pour réfléchir et structurer le développement commercial de son entreprise.

        "Accompagner les innovateurs est la vocation du Technopôle Brest-Iroise depuis plus de 30 ans. La période de crise que nous traversons ne nous a pas arrêtés dans le déploiement de Jump'In Business notre programme d’accélération commerciale" indique Françoise Duprat, directrice du Technopôle.
      • Retrouvailles en « vrai » jeudi 18 mars dans les locaux du Technopôle. Les chefs d’entreprises qui ont suivi le programme Jump’in Business, en distanciel, ainsi que l’animateur du programme, Benoît Morin, et bien sûr l’équipe du Technopôle, se retrouvaient pour faire un bilan de cette 1ère saison du programme Jump’In Business.
         

        La stratégie commerciale, une condition de la réussite
        Conquérir de nouveaux prospects, générer de nouvelles affaires avec ses clients, les satisfaire, les fidéliser …. La compétition commerciale impose d’améliorer sans cesse ses pratiques. Mais pour les jeunes entreprises « c’est une étape plus complexe qu’il n’y paraît. Il ne s’agit pas seulement d’obtenir des rendez-vous avec des prospects mais bien de la définition d’une véritable stratégie d’acquisition et de fidélisation. La relation client et les nouvelles méthodes de vente, toujours plus personnalisées, doivent être au cœur du projet d’une startup et le dirigeant doit connaître et maîtriser ces outils s’il souhaite booster ses ventes » souligne Erwan Bescond, responsable de la mission Entrepreneuriat au Technopôle.
         

        Le programme Jump’In Business
        Le programme Jump’in Business propose aux chef.fe.s d’entreprises de se poser les bonnes questions pour ensuite structurer leur plan d’action : mes objectifs commerciaux sont-ils clairement définis ? Mon plan d’action est-il optimisé ? Est-ce que je pourrai conduire à son terme le processus de vente que j’aurai mis en place ?

        Pour pouvoir bénéficier du programme Jump’In Business les entreprises doivent répondre à différents critères. Le premier étant impératif : être déjà accompagnée par le Technopôle. Autre critère, le fait que le projet sur lequel ils vont plancher soit une innovation (technologique ou d’usage). Il faut que cela apporte quelque chose de nouveau sur le marché. Il doit également être un projet BtoB, c’est-à-dire adressant une clientèle de professionnels. Et dernier critère : les premiers clients doivent être signés.

        Au cours des 2 mois du programme, 4 ateliers sont organisés ainsi que 4 points d’avancement individuels. Ces différents modules étaient animés par le Cabinet Imago Conseil et plus particulièrement son fondateur, Benoit MORIN. Les chef.fe.s d’entreprises ont appris, approfondi, amélioré les principaux champs de l’activité commerciale : la segmentation de leur marché , le diagnostic de leur performance commerciale, la mise en œuvre d’un plan d’actions marketing et commercial, ainsi que la manière de mener un entretien commercial, de suivre et de piloter sa prospection commerciale, mais également, recruter les bons profils de commerciaux.

        Le projet européen ADSA, Atlantic Digital Startup Academy, a soutenu financièremenent le programme Jump'In Business.

         

        La 1ère promotion, décembre 2020 à février 2021

        « Le nombre d’entreprise est limité à 8 afin de créer de l’interaction, des échanges de qualité » précise Erwan Bescond, responsable au Pôle Entreprendre du Technopôle, « le sentiment d’appartenance à un groupe, qu’on nomme plus communément « l’effet promo », s’est pleinement développé et ce malgré le fait que l’ensemble du programme s’est tenu en distanciel. »

        Les 8 entreprises qui ont suivi le programme :
        -    2 entreprises « Green Tech » : Fil&Fab et Happy Scoot ;
        -    2 entreprises « Medtech » : E-Medys et Sithon Techonologies ;
        -    2 entreprises « Food » : Biskili et Ty Jaune ;
        -    2 entreprises « Retail » : Koust et Lemonsoft.

         

        Ils en parlent

        Un chef d’entreprise :
        Jean-Luc Le Goff a créé l’entreprise Koust en 2016. Il a développé une application qui permet aux restaurateurs de maîtriser leurs coûts tout en gérant efficacement leurs stocks. L’année 2020 aura été particulièrement difficile pour lui, il a perdu bon nombre de ses clients restaurateurs. Mais sur cette même année 2020 il a réussi à capter 173 nouveaux clients. En 2019 il en avait touché 83 nouveaux.

        Après 4 années d’existence pourquoi a-t-il été intéressé par Jump’In Business ?
        « Se former c’est comme respirer pour moi. Si nous avions été en présentiel nous en aurions tiré encore plus de bénéfices. J’ai beaucoup appris. En intégrant le programme j’avais comme objectif d’augmenter mon « taux de transformation »* et le besoin de structurer mon équipe commerciale. Mon taux de transformation était à 3,5 % en 2019. En 2020 il est passé à 5,7 % et depuis le début de l’année il est à 6,9 %, la formation va nécessairement avoir un impact.
        J’ai réorganisé mon équipe commerciale en comprenant les 2 profils des commerciaux. En effet, ils sont soit chasseur, soit éleveur. Mais ils ne sont pas les 2.
        Je recommande le programme. C’est bien structuré, complet, avec beaucoup de cas concrets. Benoît Morin est quelqu’un qui a l’expérience du terrain et ça se ressent.
        Un seul bémol, la différence de niveau de connaissance du sujet par les différents participants.
        »
         

        L’animateur du programme : Benoît Morin, Cabinet Imago Conseil
        « Les chef.fe.s d’entreprises sortent grandis de cette formation. Leur vision de la méthode à mettre en place pour se développer est pragmatique et opérationnelle » conclut Benoît Morin.

        Ses 3 recommandations : restez pro-actif, comprenez votre marché et investissez !

        1/ Restez pro-actif
        Le premier jour du confinement Imago a perdu tous ses clients dans la journée ! Nos clients ont invoqué la clause d’exception ... Ça a été dur, nous aurions pu faire le dos rond comme de nombreux chef d’entreprise, mais nous nous sommes appliqué nos propres conseils : aller chercher le client, innover ! Il est possible de se relever en changeant de stratégie, ou de territoire, …. Il n’y a pas de limite.
        Aujourd’hui notre chiffre d’affaires est supérieur à celui que nous faisions en février 2020, nous avons également doublé la taille de l’équipe.


        2/ Comprenez votre marché
        En période de crise les mentalités changent, les valeurs aussi, … l’important est de comprendre ce changement afin d’adapter son offre ou adapter son mode de commercialisation.
        Il faut profiter des temps d’arrêt, de ralentissement de l’activité, pour envoyer ses forces de vente faire de la veille sur le terrain afin qu’ils comprennent les problématiques des clients.


        3/ Investissez
        Une posture classique en temps de crise : alléger ses effectifs non productifs et stopper les investissements. En 2020 un fabricant de masque basé en Bretagne, l’un des derniers en France, a dû fermer ses portes, juste avant le premier confinement. Le chef d’entreprise ne voulait pas aller chercher de client en dehors de sa clientèle habituelle, le secteur public. Il ressentait la démarche commerciale comme avilissante. Résultat des courses, au moment où il lui aurait été facile de trouver une nouvelle clientèle il n’avait plus de trésorerie et il a dû fermer son entreprise.

        Le commercial, le marketing, la communication sont considérés comme des postes non productifs. En temps de crise le chef d’entreprise se débarrassera de ce qui lui apparaît être une charge dans l’immédiat. Et en effet, sur le moment c’est une charge, mais en sortie de crise cet investissement permettra d’aller plus vite, plus fort …

        Investir dans le commercial, c’est forcément rentable sur du moyen et long terme. Si on a les bons profils, les bons partenaires.

         

        Prochaine promotion
        La prochaine promotion de Jump’In Business sera recrutée en octobre 2021. Les échanges seront amplifiés afin d’accroitre l’« effet promo » et la personnalisation du programme sera également développée.

        D’autres dispositifs sont lancés ou le seront très prochainement :

        • Ouest Startups le programme de pré-accélération déployé sur le territoire de la French Tech Brest +, animé par les technopoles de Brest, Lannion et Quimper. Le programme a pour objectif d’aider les porteurs de projet à faire décoller leur projet entrepreneurial.
        • ADSA pour « Atlantic Digital Startup Academy », un programme pour encourager les startups du numérique du numérique à développer leur business à l’étranger.
        • Booster Bretagne qui vise à accélérer le développement d’entreprises qui ont déjà une croissance soutenue, avec un chiffre d’affaires supérieur à 2 M€, ainsi qu’un effectif de plus de 20 personnes. Des entreprises plus couramment connues sous le terme anglo-saxon de « scale up ». Elles sont à une phase critique de leur développement et doivent structurer et sécuriser leur croissance. Un programme financé par la Région Bretagne et BPIfrance, mis en œuvre par les 7 Technopoles Bretagne.

         

         

        * : Le taux de transformation est un indicateur qui permet de mesurer l'efficacité et la rentabilité d'une action commerciale.

         

      • Publié le 18/03/2021

La newsletter
du Technopôle Brest-Iroise

Restez informés !

Pour recevoir toutes nos informations,
incrivez-vous !

Suivez l'actualité
du Technopôle Brest Iroise sur

CONTACT
Equipe d'animation du Technopôle Brest-Iroise
Bât. Cap Océan
525 avenue Alexis de Rochon
29280 Plouzané
Tel. +33 (0)2 98 05 44 51
Fax : +33 (0)2 98 05 47 67
contact@tech-brest-iroise.fr
Powered by diasite - Designed by diateam