Actualités du technopôle Brest-Iroise
      • SécuRéVi, une plate forme de management global de la sécurité

      • « Le Technopôle est plus qu’un partenaire. Il nous donne l’ouverture sur des collaborations avec des laboratoires de l’enseignement supérieur, des administrations, des collectivités territoriales et des entreprises. ». Ainsi commence l’entretien avec le Lieutenant-Colonel Hervé Mahoudo, responsable de la Direction Expertise Recherche et Développement du Service d’Incendie et de Secours du Finistère (SDIS 29)
      • Qui êtes-vous Hervé Mahoudo ?

        Après une formation scientifique à l’université de Rennes et un passage au Centre de recherche en endocrinologie de Rennes lors de son 3ème cycle, Hervé Mahoudo a enseigné la Physique Chimie en lycée.

        En 1986 il passe et réussi le concours national de capitaine de Sapeurs-Pompiers professionnels sur titre pour intégrer un SDIS. Il est recruté par la Communauté Urbaine de Brest comme responsable de la caserne du centre ville et pour mettre en place la cellule « Risques Chimiques ».

        De 1987 à 2000, il va œuvrer à la mise en place de ces cellules « Risques Chimiques ». Cela va des interventions, pour lesquelles il doit envisager tous les scenarii possibles, à l’évaluation et la remontée d’information vers la Direction de la sécurité civile, en passant par la formation. « Sur le modèle du nucléaire nous avons créé de la planification d’urgence pour les risques chimiques » précise le Lt Cl Mahoudo.

        Aujourd’hui, en plus de sa casquette de responsable de la direction Expertise Recherche et Développement du SDIS 29, il est également le conseiller technique pour les risques chimiques sur la Zone de Défense Ouest qui couvre 20 départements du grand Ouest.

        Son crédo : la prévision ou comment déceler un accident dès son origine !


        De la naissance de l’idée au soutien des industriels

        « Il y a le cadre règlementaire et puis il y a ce qui se passe sur le terrain » souligne Hervé Mahoudo. Le cadre règlementaire génère une masse conséquente de papiers. Gilles Cloarec, l’adjoint du Lt Cl Mahoudo, montre une caisse en plastique qui correspond à un site industriel. « Ce sont ces boites que prennent les pompiers lors d’interventions. Ils y trouvent tous les documents qui concernent le site, les plans, les photos, les vidéos, les directives … » nous dit Gilles Cloarec.

        Hervé Mahoudo enchaîne « il y a 10 ans nous avons commencé à numériser et  structurer les données pour des cours et des travaux dirigés que je mettais en place au niveau national en lien avec le groupe Prévision de l’Ecole Nationale Supérieure des Officiers Sapeurs-Pompiers concernant les installations classées, dépôt hydrocarbure, type SEVESO ».

        Il obtient en 2000, avec le soutien de Jacques Tisseau, alors directeur du Laboratoire d’Informatique Industrielle de l’ENIB (devenu depuis le Centre Européen de Réalité Virtuelle), le financement d’une thèse par Brest métropole océane. Ronan Quéré développera en 3D le site de stockage de gaz de Brest.

        « Ces innovations, tant sur la réalité virtuelle (modélisation 3D), que la structuration des données sur des supports numériques, ont été très appréciées par les grandes entreprises (pétrole, agro-alimentaire, grandes distribution…) pour leur planification d’urgence, l’organisation de leurs données dans le domaine de la sécurité et la formation de leurs personnels, » précise Hervé Mahoudo.


        Prévention – prévision – intervention | SécuRéVi, une plateforme multirisques, multiservices, pluridisciplinaire

        Le maître mot de la plateforme SécuRéVi est l’interactivité.

        On passe d’une fiche technique, à un texte de loi, à une vidéo, des photos, « il est possible d’intégrer un plan local d’urbanisme, de réaliser un suivi d’intervention lors d’un sinistre et de faire des scénarios d’accident. En fait, on peut intégrer ce que l’on veut. La plateforme est un véritable système participatif» affirme Hervé Mahoudo.

        Une plateforme multi sites parce qu’elle classe l’ensemble des risques naturels, technologiques, immobiliers, sociaux.

        Une plateforme multirisques parce qu’elle prend aussi bien des scénarios d’incendie, de pollution, d’explosion sur n’importe qu’elle entreprise.

        Une plateforme multiservices car elle associe toutes les parties prenantes, impliquées dans les questions de sécurité civile, que ce soit l’Etat, les collectivités locales ou les entreprises privées.

        Une plateforme pluridisciplinaire puisqu’elle aborde les volets juridique, scientifique ou technique, relatifs aux risques et aux sinistres.

        Les développements réalisés ont trait à la sécurité  dans les établissements industriels recevant du public, dans le secteur maritime dans son périmètre portuaire et littoral et même aujourd’hui dans le domaine de la santé au travail, avec le Pr Jean-Dominique Dewitte (UBO)  et le groupe E. Leclerc. Plusieurs  démonstrateurs ont été élaborés, pour depuis la Médiathèque et le Musée des Beaux-Arts de Quimper, le Musée du Louvre en 2006.


        Une plateforme qui s’adapte aux besoins des communes

        « Une commune c’est comme une entreprise », souligne Hervé Mahoudo. La question à se poser est toujours la même, selon le type de projet : comment le modèle peut-il s’appliquer ?

        Pour la commune numérique, le Maire de Plougastel-Daoulas, Dominique Cap, était intéressé par le développement d'un démonstrateur. Une année de travail a été nécessaire pour récupérer les données pour établir le modèle.

        Ils obtiennent un financement qui permettra l’embauche d’un jeune ingénieur pendant 6 mois ½. Ce financement vient de la Fondation d’entreprise Crédit Social des Fonctionnaires qui apporte son soutien à des « actions innovantes rendant accessibles les services publics aux personnes ayant un « handicap » ».

        Le modèle est applicable à d’autres communes, il appartient à la société Inovadys qui a embauché le jeune ingénieur pour le promouvoir et le commercialiser.

        Il a été présenté aux Maires du Finistère en mai 2011, la communauté de communes de la Presqu’île de Crozon a souhaité la mise en place de cette même démarche sur son territoire.


        Une plateforme qui intéresse les québécois !

        Le Lt Colonel Mahoudo et Gilles Cloarec faisaient partie de la mission brestoise organisée au Québec en octobre 2011 dans le cadre du projet de coopération décentralisée « Ocean ». Ils ont présenté la plateforme à différents organismes à Québec et à Rimouski.

        Un partenariat pour l’installation du volet sécurité maritime et portuaire de la plateforme est en cours d’étude avec l’Institut Maritime du Québec.


        Les partenaires du Lt Cl Mahoudo pour le développement de la plateforme :

        Inovadys, à Brest pour l’intégration des données, le traitement de l’image.
        Aéronodal, basé à Fouesnant, pour les photos sphériques aériennes.
        Wics Naval à Brest, qui a apporté son expertise en réparation navale.
        Illipack à Brest, pour tout ce qui a trait aux serveurs.
        L’Université de Bretagne Occidentale et l’Université de Bretagne Sud, pour la recherche sur les procédures, pour la formation de stagiaires.




      • Publié le 22/12/2011

La newsletter
du Technopôle Brest-Iroise

Restez informés !

Pour recevoir toutes nos informations,
incrivez-vous !

Suivez l'actualité
du Technopôle Brest Iroise sur

CONTACT
Equipe d'animation du Technopôle Brest-Iroise
Bât. Cap Océan
525 avenue Alexis de Rochon
29280 Plouzané
Tel. +33 (0)2 98 05 44 51
Fax : +33 (0)2 98 05 47 67
contact@tech-brest-iroise.fr
Powered by diasite - Designed by diateam